Alors que la privatisation d'une plage de Vallauris (Alpes-Maritimes) au profit du roi d'Arabie Saoudite ne cesse d'alimenter la polémique, Marianne publie des révélations sur un nouveau scandale. Selon l'hebdomadaire, une femme CRS en charge de la surveillance de la villa royale a été priée de s'éloigner.

Le vase avait déjà débordé et n'avait pas besoin de cette nouvelle goutte d'eau dans l'affaire de la plage privatisée par le roi saoudien à Vallauris (Alpes-Maritimes). Selon des révélations de Marianne, une femme CRS en charge de la surveillance de la villa du roi Salmane a été priée par un émissaire, lundi, de quitter les lieux.

Selon Marianne, la policière aurait été éloignée pour laisser les hommes de l'entourage du roi se baigner sur la plage publique de la Mirandole, privatisée depuis samedi avec l'accord de la préfecture et contre l'avis des riverains. Une pétition en ligne avait réuni 141.000 signatures mardi à la mi-journée.

Selon l'hebdomadaire, l'entourage du roi souhaitait écarter la CRS du dispositif - une demi-compagnie est mobilisée pour les besoins du monarque - ou tout du moins l'obliger à s'éloigner durant la baignade. Choquée, la fonctionnaire s'est confiée auprès de sa hiérarchie.

L'information serait remontée jusqu'au ministère de l'Intérieur, qui a décidé de garder la policière dans le dispositif de sécurité installé aux abords de la villa.

Source : metronews